Burkina Faso

Summary of EA programme

English

IUCN NL and its dutch Ecosystem Alliance members are working with five NGOs in Burkina Faso to address the degradation of natural resources on which local communities depend for their livelihoods.  These local partners are AGED,  are AGEREF, NATURAMA,  NEW TREE and RESEAU MARP.  The intervention consist of promoting  Farmer’s managed assisted natural regeneration (FMNR) – an agro-forestry technique which consist of leaving during farm clearing one to three stems from  native trees,  to continue their growth instead of destroying them as traditionally practised.  A technique used in the 80s to restore millions of ha of degraded land across the Sahel.  In addition to its efficiency to restored degraded land, this approach has a host of advantages including availability of fuel wood, reduction of wind erosion, fodder for animals, improvement of soil fertility, and increase in household income due to the sales of products from FMNR. The assumption is that FMNR ultimately will help to reduce the pressure on those resources from the landscape. These include high biodiversity sites such as The Kabore Tambi National Park, Comeo Leraba Fauna Reserve, important wetlands such as Lake Darkoye and reduce the loss of habitat to t of agriculture development.

The EA Burkina Faso programme also addresses the problem of weak local governance of resources including trees under FMNR. The programme’s partners will develop participatory local agreements that protect the trees in the fields and revitalize existing community natural resources institutions.  

Further, lobbying and advocacy work will be conducted to remove the constraints that may limit the adoption of FMNR, through a plea in favour of a legislation that takes into account the status of the regenerated trees.  Also in partnership with other members of EA Burkina advocacy will be carried out for political scaling up of this agroforestry approach, through its inclusion in the national agricultural extension, forestry and anti-desertification programs.

Key Results: Ultimately, the project will work with 15,000 households to restore approximately 30000 hectares of arable land; protect 4,500 hectares of degraded land within the park through the conjunction of planting of native trees such as Shea tree species, and park surveillance. The programme aims as well to render the five Alliance CSOs capable and more professional partners; 200 CBOs and target communities in Burkina have improved knowledge and skills in to work and the link between ecosystem-poverty.

Finally, in the quest for a long term funding for communities and for the purpose of strengthening capacities of the local NGOs, the program partners will explore carbon finance for restoration initiatives undertaken within the framework of field projects. Training on REDD+ is planned for all partners in Burkina EA. A feasibility study will be commissioned to assess eligibility of FMNR activities under one of the carbon project standards; if successful a proposal will be developed.

The Programme coordination in the Netherlands is carried out by IUCN NL while AGED  is responsible for in-country coordination.

 

Resume du programme en Francais:

IUCN NL et ses membres de l'Alliance pour les Ecosystèmes (AE) néerlandais travaillent avec cinq ONG au Burkina Faso dans leur lutte contre la dégradation des ressources naturelles dont les communautés locales dépendent pour leur subsistance. Ces partenaires locaux sont AGED,  AGEREF, NATURAMA NEW TREE et le Réseau MARP. L'intervention consiste à promouvoir la régénération naturelle assistée (RNA)  comme une mesure d’adaptation aux changements climatiques et la protection de la biodiversité locale. La RNA est une technique agro-forestière qui consiste à épargner pendant les préparations des champs une à trois tiges d'arbres indigènes,  poursuivre leur croissance au lieu de les détruire comme traditionnellement pratiqué.  C’est une technique utilisée dans les années 80s pour restaurer des millions d'hectares de terres dégradées dans le Sahel. En plus de son efficacité à restaurer des terres dégradées, cette approche présente de nombreux avantages, notamment la disponibilité de bois de chauffage, du fourrage pour les animaux ;  la réduction de l'érosion éolienne l'amélioration de la fertilité des sols, et l'augmentation des revenus des ménages en raison de la vente de produits de la RNA . L'hypothèse  d’intervention se résume dans le fait que la RNA en fin de compte contribuera à réduire la pression sur les ressources naturelles à l’échelle du paysage. Il s'agit notamment des sites riches en biodiversité comme le Parc national Kaboré Tambi, Réserve de Faune de la Comeo Leraba ;  les zones humides importantes, comme le lac Darkoye et,  de réduire  la perte du paysage forestier pour  de développement de l'agriculture.
Le programme  de L’Alliance pour les Ecosystèmes Burkina Faso EA aborde également le problème de la faiblesse de la gouvernance locale des ressources, y compris les arbres  régénérés par la RNA. Les partenaires du programme vont  faciliter l’élaboration  des conventions locales participatives qui protègent les arbres dans les champs et revitaliser les institutions de gestion des ressources naturelles communautaires existantes.
En outre,  lobbying et plaidoyer seront menés en vue de  lever les contraintes qui pourraient limiter l'adoption de la RNA, à travers un plaidoyer en faveur d'une législation qui tienne compte de l'état des arbres régénérés. Également en partenariat avec d'autres membres de AE Burkina plaidoyer seront menées pour  l’adoption à une  grande échelle de cette technique d 'agroforesterie ;  de son inclusion dans les programmes national de vulgarisation agricole, les programmes forestiers et lutte contre la désertification.
Principaux résultats: En fin de compte, le projet mobilisera 15.000 ménages pour restaurer environ 30000 hectares de terres arables, protéger 4.500 hectares de terres dégradées dans le parc par la conjonction de plantation d'arbres indigènes tels que les espèces d'arbres de karité et de la surveillance du parc. Le programme vise aussi à rendre les cinq OSC de l'Alliance plus aptes et plus professionnels; 200 organisations communautaires et les communautés cibles au Burkina ont amélioré les connaissances et les compétences pour travailler pour renforcer rendre plus évident  le lien entre les écosystèmes et pauvreté.
Enfin, dans la quête d'un financement pour le long terme pour les communautés et dans le but de renforcer les capacités des ONG locales, les partenaires du programme  vont explorer le financement  carbone pour les initiatives de restauration entreprises dans le cadre de ce programme. Une formation sur la REDD + est prévue pour tous les partenaires au Burkina EA. Une étude de faisabilité en vue de déterminer l'admissibilité des activités de RNA dans l'une des normes de projets de carbone est prévue; en cas de succès une proposition sera élaborée.
La coordination du programme aux Pays-Bas est effectuée par l'UICN NL tandis AGED est responsable de la coordination au niveau du pays.

Main background facts to the EA interventions

See above

Geographical and thematic focus areas

See above

Members